Kyler Phillips est en quête de grandeur | UFC 299

Publié : Samedi 9 mars 2024 17:55:49 400

Kyler Phillips est en quête de grandeur | UFC 299

Le poids coq Kyler Phillips espère faire un nouveau pas vers son objectif ultime à l'UFC 299.

Voir la carte de l'UFC 299 (Miami)


Depuis plus de la moitié de sa vie, Kyler Phillips a un seul objectif, et à l'approche de son combat de samedi sur la carte de l'UFC 299 à Miami, il croit que son adversaire, Pedro Munhoz, et quiconque se mettra en travers de son chemin n'aura rien à dire.

"Quand j'avais 12 ans, j'ai écrit sur un morceau de papier à mon père : 'Champion du monde de l'UFC', et c'était mon objectif", a déclaré Phillips. "Et je poursuis toujours ce même objectif, et rien ne m'en détournera, surtout quand je suis concentré, focalisé et dans l'état d'esprit dans lequel je suis. Je fais tout ce qu'il faut. Et ce combat n'est qu'un autre gars sur mon chemin que je dois écarter pour avancer sur ma voie et aller vers la grandeur."

Il n'y a pas une once d'arrogance dans la voix de Phillips quand il dit cela. Il est calme dans les derniers jours de son camp d'entraînement pour le plus grand combat de sa carrière, accordant une interview tout en préparant de la nourriture et en se relaxant sur son patio en Arizona. Pour la plupart, ce serait choquant. Pour Phillips, non, car ce n'est pas son travail quotidien, c'est sa vie. Et ce style de vie d'arts martiaux fait partie de son existence depuis toujours.

"C'est une chance d'avoir eu un père comme le mien", a déclaré Phillips. "Il m'a inscrit au jiu-jitsu à l'âge de trois ans à la Gracie Academy, puis nous avons déménagé à Temecula où il n'y avait pas autant de salles de sport, mais il m'a toujours lancé des défis et m'a emmené dans différentes salles de sport au hasard. C'était donc un peu du MMA à petite échelle et j'ai pu expérimenter tous ces différents styles d'arts en grandissant, et j'ai adoré ça. J'adorais passer du temps avec mon père, on était les meilleurs amis du monde, et on faisait tellement de choses ensemble."

C'est le genre de relation que beaucoup envieraient, et le père de Phillips ne faisait pas que passer du temps avec son fils, il le préparait aussi aux moments où il ne serait pas là pour le protéger. Ainsi, lorsque Kyler était en troisième année et se faisait harceler par un élève de huitième année, il y avait un plan simple si les choses devenaient physiques.

"Je pleurais, je suis allé voir mon père et je lui ai demandé : 'Qu'est-ce que je dois faire ?'", se souvient Phillips. "Il m'a répondu : 'Attrape-le simplement. Balaye-lui la cheville, frappe-le, et quand tu auras son dos, étrangle-le'", a raconté Phillips.

Le gamin de troisième année a hoché la tête, et la fois suivante où la brute plus âgée et plus grosse s'est retrouvée devant lui, il a suivi les instructions de son père.

"Je lui ai balayé la cheville, je suis allé directement en position montée, j'ai commencé à le frapper d'un côté, il m'a donné son dos et j'ai réussi à l'étrangler", a déclaré Phillips. "Je pleurais à ce moment-là, alors je serrais, je serrais, et tout d'un coup, je l'ai juste entendu ronfler. J'ai réussi à faire ça à une brute, et c'était un sentiment cool. C'était comme si j'avais surmonté une étape de ma vie. Et depuis lors, la compétition et les défis sont devenus des opportunités pour moi."

Je me demande à haute voix si une victoire professionnelle lui a procuré autant de satisfaction que de battre cette brute. Il se met à rire.

"Bien sûr. C'était il y a si longtemps, c'est un sentiment complètement différent, honnêtement."

Je ne sais pas, ça pourrait être mieux que de gagner une ceinture, mais ce n'est que mon avis. Phillips, 28 ans, est passé à autre chose, il a remporté cinq de ses six combats à l'UFC, dont deux d'affilée contre Marcelo Rojo et Raoni Barcelos, et s'il bat un prétendant régulier comme Munhoz, ce serait un gros coup et cela prouverait que son père avait raison depuis le début. Alors, ne cherchez pas le plus grand fan de Kyler Phillips, car on l'a trouvé.

"Il est super fier et vraiment content", a déclaré Phillips à propos de son père. "Bien sûr, cela faisait partie de son rêve, mais c'était avant tout mon rêve. Mon père voulait quelque chose pour moi, mais il ne m'a jamais forcé à aller quelque part ou à gagner. Il ne m'a jamais mis la pression, il m'a juste mis dans des situations et des défis, et j'ai dû prendre cette décision. C'est la même chose avec mes petits frères. On était constamment mis au défi. Chaque fois qu'on allait quelque part, on avait les tapis dans le garage. Mon père donnait des cours de jiu-jitsu dans le garage et on recevait des gens tout le temps - des enfants qui faisaient de la boxe, des enfants qui faisaient de la lutte, et on avait des défis et tout."

C'est peut-être le secret de Phillips, et celui que tous les combattants pourraient utiliser - l'idée que si vous aimez vraiment ça, la pression n'est pas un problème. Ce n'est pas un combat dans un Kaseya Center bondé avec le monde entier qui regarde, mais une compétition dans le garage avec votre meilleur ami qui vous encourage - sans vous mettre la pression.

"Les plus grands joueurs, les plus grands athlètes et les champions, leur état d'esprit - et le mien - c'est que peu importe qu'il y ait un million de personnes qui regardent ou zéro ou une seule, quand vous êtes dans la cage avec quelqu'un, c'est juste vous", a déclaré Phillips. "Vous faites votre truc et vous appréciez. Vous regardez au-delà des lumières, vous regardez au-delà de tout le monde, et l'énergie est bonne. Je ne sais même pas comment l'expliquer. C'est la matrice."


Source : UFC


Voir aussi les articles suivants :
UFC 299 - Gilbert Burns vs. Jack Della Maddalena | Miami
UFC 299 - Embedded : Vlog Series - Episodes 1 à 6 | Miami
Le poids lourd chevronné Curtis Blaydes a un objectif : la ceinture | UFC 299
UFC 299 - La pesée : résultats, vidéos, faceoffs | Miami
Jailton Almeida : “C'est mon heure de gloire” | UFC 299
UFC 299 - La pesée cérémoniale | Miami




Fiche combat et prono

Pedro Munhoz vs. Kyler Phillips

UFC 299 - Pedro Munhoz vs Kyler Phillips